Bontrager XR4 Team Issue – Test pneus

Bontrager XR1 Team Issue

Comme toute marque pionnière du vtt, Bontrager est intimement liée à la personnalité de son créateur, Keith Bontrager. Et comme toute marque US qui se respecte, l’histoire a commencé à la fin des années 70 dans un garage. Réputée pour la qualité de ses cadres aciers, la marque est entrée dans le giron de Trek en 1995, et propose depuis une large gamme de composants aboutis. Aujourd’hui, nous testons le pneu Bontrager XR4 Team Issue en 2,35, qui chapeaute la gamme XC, et se présente comme « polyvalent ». Verdict ?

Présentation

Fiche technique

Le Bontrager XR4 Team Issue est un pneu Tubeless Ready proposé en 26 pouces (largeur 2,20 et 2,35), 27,5 pouces (2,20 et 2,35) et 29 pouces (2,30).

Pratique : destiné par la marque au XC polyvalent, le test permet d’en douter !

Densité du tissage Aramide : 120TPI

Dureté de la gomme : double densité 62a/60a

Poids vérifié (modèle testé en 26×2,35) : 762 gramme

Prix : 45€

Dessin

Autant le dire tout de suite, on ne choisit pas le XR4 pour l’originalité de son dessin. Une bande de roulement composée d’une alternance de pavés doubles ou uniques, des pavés intermédiaires carrés et des crampons latéraux bien épais et costauds.

Le profil rond, plutôt agressif, mais tout à fait classique dans l’ensemble qui me fait penser au Maxxis Ardent. L’espacement des crampons laisse présager un débourrage dans la moyenne. Leur hauteur relativement mesurée n’augure pas un effet ventouse, mais on n’est pas non plus sur un pneu roulant au regard de la bande centrale non continue.

Crampons Bontrager XR4Pneu vtt profil polyvalent

Allez, on roule !

J’ai roulé avec ces pneus en montage arrière, puis en montage avant. Une fois montés, les Bontrager XR4 Team Issue laissent encore de la marge entre les bases arrières de mon Yeti ASR5 ; à l’avant, ils passent parfaitement sous l’arceau de ma Reba, comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous :Pneu Bontrager team issueBontrager Team Issue

J’ai roulé avec les Bontrager dans différentes conditions, sur terrain sec ou humide : sol très cassant des Corbières, poussière du Tarn, calcaire et humus du Périgord. Je dois cependant reconnaitre que je n’ai pas roulé avec eux dans des conditions de boue extrême, ni dans la glaise bien collante. Je ne peux donc pas me prononcer sur leur capacité de débourrage. De toutes manières, je chausse des pneus un peu plus étroits dans ces conditions.

Le premier constat que je fais est le confort. Gonflés à 2 bars leur volume est conséquent. Les rochers anguleux ne lui font pas peur, ni en descente, ni en montée. Rochers pris de face, le pneu reste stable lorsqu’il est monté à l’avant. Le grip latéral est aussi très convainquant.

Lorsque le terrain est un peu plus dur et poussiéreux, le pneu reste assez facile à emmener. Je n’ai pas ressenti l’effet ventouse auquel je m’attendais, hormis sur les liaisons sur route, ce qui me semble normal. C’est cependant loin d’être un pneu XC, malgré ce qu’annonce le site de la marque : ne cherchez pas le rendement à tout prix, il n’est pas fait pour ça.

En virage, je n’ai ressenti aucun flottement : le comportement est sain et les décrochages se gèrent en progressivité. Les prises d’angle sont donc tout à fait sereines. Le profil rond et les crampons latéraux jouent très bien leur rôle.

Freinages appuyés ? Pas de souci. Je me suis retrouvé (un peu en panique je l’avoue !) à gérer une descente en singletrack rendue aussi glissante qu’un toboggan par la sècheresse de l’automne toulousain. Lisse et dur, le sol ne laissait aucune prise. Les Team Issues étant montés à l’avant, j’ai réussi à gérer la situation sans trop de mal.

Sur sol glissant (rochers mouillés et racines), les XR4 confirment mon sentiment global : un pneu passe-partout qui permet de rouler sereinement.

En montée, sur sol fuyant et caillouteux, le grip est satisfaisant, sans grande surprise.

La résistance et l’usure dans tout ça ?

Je dois reconnaitre que je n’ai trouvé aucune déchirure sur la carcasse, ni de crampons arrachés, encore moins de pincement, après mes sorties dans les Corbières, alors que je n’ai pas vraiment cherché à l’épargner.

Lorsque je roule dans mon Périgord natal sur des terrains moins agressifs, mais bourrés de ronces, je chausse habituellement des Schwalbe Racing Ralf en 2.25, bien plus légers, mais aussi bien moins résistants aux crevaisons et aux pincements. J’ai donc adopté les XR4 pour genre de sortie avec grande satisfaction : aucun problème rencontrés sur ce point.

Conclusions : les Bontrager XR4 ne sont pas des pneus XC

Oui, annoncés comme un « pneu XC polyvalent », je ne conseillerais pourtant pas ce boudin aux chasseurs de chrono en Lycra. Un peu large et lourd pour cette pratique, il sera fatiguant en relances et manquera de rendement.

En revanche, c’est un excellent pneu all-mountain, voire enduro light pour ceux qui roulent propres !

Polyvalent, car il permet de ne pas jongler entre différentes montes selon les terrains.

Enduro light, car il est assez résistant pour la pratique sur terrains accidentés, et propose un très bon grip en virages et dévers.

Cependant, il conviendra de bien ajuster la pression : 2,2 bars me semble la bonne pression pour mes 72kg. J’ai testé 2,5 et la perte d’adhérence et de confort est conséquente. Sous les 2,2 bars, je ne me suis pas senti rassuré par les flottements latéraux.

Enfin, ces pneus ne sont pas adaptés à toutes les bourses. 45€ le bout, ça commence à faire une somme. En revanche, leur résistante me fait pondérer ce jugement dans la mesure où ils dureront sans doute plus longtemps que des Schwalbe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *