[Interview] Mariana Salazar : la relève féminine !

Mariana Salazar

Malgré ses apparences, le VTT de descente n’est pas réservé qu’aux hommes virils et déjantés ! Certaines demoiselles défient les préjugés et prouvent que ce sport peut être également féminin. C’est le cas de la jeune Mariana Salazar, qui a décidé de faire tout son possible pour faire sa place dans ce monde de brutes.

Mariana Salazar

Mariana Salazar sur la rive du lac du Bourget – Crédit DR

A vrai dire, je ne connaissais pas Mariana Salazar avant de recevoir un mail d’un de ses principaux sponsors Cycletyres accompagné d’une interview de la pilote salvadorienne. Je l’avais croisée dans la cohue de la 1ère manche la coupe du monde de DH à Lourdes en avril 2015 et m’étais demandé qui était cette pilote sud-américaine perdue sur le vieux continent. Voici donc quelques éléments pour en savoir plus sur cette jeune pilote prometteuse de 21 ans (12e à Lourdes, 16e à Fort Williams le weekend dernier et actuelle détentrice du titre de championne de DH pan-américaine).

Originaire du Salvador en Amérique centrale, tu habites désormais en France (Savoie) pour suivre tes études au CESNI et pour rider. Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ?

J’ai eu mon Bac (ES) au lycée français de San Salvador (El Salvador), c’est pour cela que j’ai décidé de venir en France pour poursuivre mes études et réaliser mon rêve en participant à des Coupes du Monde en DH. C’est mon prof d’EPS du lycée qui m’a parlé du CESNI (Centre d’Études des Sportifs Nationaux et Internationaux, antenne de l’INSEEC) et de sa section Sport Études, qui correspondait exactement à ce que je cherchais. Grâce à ce DUT de 3 ans, je peux pratiquer mon sport à haut niveau et préparer mon avenir professionnel en même temps.

Comment t’est venue la passion du VTT ? Et pourquoi avoir choisi la descente en particulier ?

Dès mon plus jeune âge, je pratiquais le motocross avec mon frère. Mais, à l’âge de 12 ans on a tous les deux arrêté. On s’est ensuite mis au VTT Cross Country et on faisait tout le temps la course pour voir qui descendait le plus vite. C’est comme ça que j’ai connu le VTT de descente, qui est vite devenu une obsession.

J’aime l’adrénaline et la maîtrise du risque. En plus, le DH est un sport très complet qui nécessite un bon physique et de la technique, mais également de la concentration et de l’engagement.

Cette discipline physique et engagée semble réservée aux hommes. Les femmes pratiquantes sont très peu médiatisées, comment expliques-tu cela ?

Effectivement, les femmes sont moins médiatisées et « mises de côté ». Je trouve cela très dommage car en compétition, nous faisons les mêmes parcours que les hommes. Nous prenons les mêmes risques, et même si nous ne descendons pas à la même vitesse, nous n’en sommes pas loin.

Il y a beaucoup de débats à ce sujet. De plus, au niveau des contrats de sponsoring, il est plus difficile pour les femmes d’en décrocher. Je pense que cette discrimination n’est pas justifiée, nous faisons les mêmes efforts que les hommes.

En parlant de sponsors, tu en possèdes plusieurs, quels soutiens t’apportent-ils ? Tu as même réalisé un stage professionnel chez l’un d’entre-eux (Cycletyres), comment s’est déroulée cette expérience ?

Je possède 4 sponsors, qui me fournissent essentiellement du matériel. Sans leur soutien, tout ce que je fais ne serait pas possible. Par exemple, en tant que spécialiste du pneu vélo, Cycletyres m’envoie des pneus dès que j’en ai besoin. Grâce à leurs nombreuses références, j’ai toujours exactement ce qu’il me faut. C’est, en effet, chez eux que j’ai réalisé récemment un stage professionnel. Cette expérience s’est très bien passée. J’ai participé au projet de développement du site (ouverture européenne) en traduisant le site Cycletyres.fr en espagnol et lancer Cycletyres.es.

D’ailleurs, avec quels pneus tu roules ?

Jusqu’à maintenant, j’utilisais exclusivement le Magic Marry (Schwalbe). C’est un très bon pneu, qui plaît beaucoup aux pilotes. Mais, pour la Coupe du Monde de Lourdes, j’ai essayé les Maxxis Shorty 3C et j’ai adoré ! Pour les terrains boueux, j’utilise le DirtyDan (Schwalbe).

À Lourdes justement, tu finis 12ème (UCI Mountain Bike World Cup) et tu as remporté ton second titre de championne pan américaine fin mars. Ta saison commence fort ! Quels sont tes prochains objectifs ?

Je suis trop contente de ces premiers résultats ! J’ai fait de gros efforts et je me suis beaucoup entraînée pour pouvoir arriver à ce niveau. Mon objectif principal pour cette saison est d’arriver dans les 10 meilleures en Coupe du monde.

Mariana Salazar

Présentation

Nom : Mariana Salazar

Née à : San Salvador (Salvador) le 06/05/1994

Domicile : Le Bourget-du-Lac (Savoie, France)

Sponsors : Commencal, Bliss Protection, Cycletyres, Drift El Salvador

Actu : Facebook.com/ManaSalazar & Twitter.com/manasalazar

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *